Impressions de Violaine ALVES (FFL) et COFESFA

Impressions de Violaine ALVES (FFL)

Violaine AlvesCe projet pilote a vraiment été construit comme une expérimentation et un pas dans l’inconnu.

Nous étions donc au départ à la fois très enthousiastes et soumis à de nombreuses questions : « va-t-on réussir à développer des supports qui parlent aux bénéficiaires au Mali ? », « la sage-femme malienne aura-t-elle des méthodes de travail semblables à celles du Luxembourg » ?

Evidemment, les méthodes étaient différentes et l’interculturalité constituait l’un des enjeux principaux de ce projet. 

Comment en effet réussir à décliner une base e-Learning luxembourgeoise de manière adaptée pour les agents de santé maliens et la population locale ? Répondre à cette question était l’un des principaux défis.

Après deux ans de travail, je crois pouvoir dire que nous y sommes arrivés. Le partenariat avec la sage-femme malienne, Aminata Doumbia, et la relecture des supports par l’ONG COFESFA et des professionnels de la santé maliens y ont beaucoup contribué. Sans aucun doute, c’est la collaboration rapprochée entre tous les acteurs, au Mali et au Luxembourg, le réseau de compétences mis en mouvement pour ce projet qui en a constitué la force.

Savoir partager ses méthodologies et visions tout en étant à l’écoute de l’Autre et des besoins du terrain, voilà le cœur de notre expérience des deux dernières années. Et apparemment les résultats sont là puisque les premiers retours du terrain sont plutôt positifs.


Impressions de Fatoumata DAOU et KANE Aminata DOUMBIA (COFESFA)

Fatoumata DaouCe projet est né suite à une visite au Luxembourg, à la Clinique Bohler. Le point de départ a été le constat du réel manque d’informations sur la maternité au Mali d’une part, et l’envie de collaborer avec les agents de santé sur le terrain d’autre part. Nous avons donc créé un guide simple, informatif et éducatif.

Dans ce contexte, la plateforme d’e-learning de la Clinique Bohler a été adaptée pour répondre aux besoins et spécificités du Mali. Différents supports ont donc été élaborés en français, mais également en bambara ou encore sous forme d’images pour ne pas exclure les personnes analphabètes.

L’objectif est d’informer chaque femme sur l’importance du suivi de la grossesse. La multiplicité des supports nous permet d’atteindre un maximum de personnes.

Grâce à ce projet, nous espérons vraiment observer un changement de comportement des femmes maliennes et ainsi constater une augmentation des consultations pré et post-natales. Le projet est assez récent, mais le premier feedback des agents sur le terrain est très positif.

Aminata DoumbiaIl s’agit d’un bon outil d’information, qui pourra, après évaluation, être éventuellement décliné pour aborder d’autres thématiques. Une expérience enrichissante, ainsi qu’un bel échange de compétences pour Aminata Doumbia (membre de l’ONG COFESFA), qui a séjourné 9 mois au Luxembourg dans le cadre de l’élaboration du projet.

La réalité au Mali est bien différente du Luxembourg, nous n’avons pas les mêmes infrastructures. C’est un bon exercice de transposer des savoirs et supports en tenant compte des contraintes locales.