Paperjam 2010

Grand Prix Ressources Humaines Paperjam 2010

Grand-Prix-RH-2010

La Fondation François-Elisabeth (FFE) qui administre la Clinique Bohler, l’Hôpital Kirchberg et la Clinique Sainte-Marie vient de se voir remettre le Grand Prix Ressources Humaines PaperJam pour sa démarche d’introduction à la sophrologie dans l’entreprise.

Sophrologie et Entreprise

La sophrologie est une technique visant à atteindre un relâchement corporel et, par là-même, un relâchement mental permettant au sujet d’acquérir un meilleur équilibre, une autre approche de son environnement et une meilleure compréhension de l’autre.

Parmi les multiples domaines dans lesquels la sophrologie peut apporter une aide, on retient particulièrement, le monde du travail, la gestion du stress, la gestion du sommeil, la préparation mentale à des évènements ou encore la confiance en soi.

Permettre à ses salariés de s’approprier une telle technique peut répondre, pour un employeur, à un objectif primaire d’améliorer le bien-être au travail, dans une optique de responsabilité sociale de l’entreprise : en corollaire, l’employeur agira sur la motivation et  la satisfaction du personnel avec des impacts positifs à long terme sur le taux d’absentéisme lié notamment au burn-out. L'autre bénéfice non négligeable d’une telle démarche se situe au niveau de l’approche relationnelle dans l’entreprise : une meilleure gestion des émotions et du stress des salariés aboutissant finalement  à une meilleure prise en charge des clients.

Le projet sophrologie de la Fondation François-Elisabeth : une approche en 3 temps

Dans un premier temps, ce qui peut sembler logique pour un établissement hospitalier, la sophrologie a d’abord été proposée aux patients des hôpitaux de la FFE. La Clinique Bohler a plus particulièrement proposé, dès 2006, un accompagnement des femmes enceintes et jeunes mamans par le personnel soignant disposant d’une double qualification (sage-femme sophrologue, infirmière sophrologue). Le retour des patientes a été très positif, la sophrologie ayant permis d’agir sur des situations telles que la gestion du stress lié à l’accouchement ou la facilitation de l’allaitement maternel durant le séjour.

Dans un second temps, pour répondre aux demandes de formation exprimées par le personnel de l’hôpital notamment en rapport à la gestion du stress,  et pour capitaliser l’expérience positive vécue auprès des patients, la direction et les ressources humaines ont décidé de proposer aux employés des ateliers de sophrologie. L’approche a été couronnée de succès notamment grâce à la facilité d’accès et d’appropriation des techniques de base, quels que soient la fonction ou le poste occupé, avec un minimum de contrainte horaire sur du temps de travail. Le bénéfice est rapidement ressenti par le personnel formé à cette technique, avec une amélioration perçue tant dans la sphère professionnelle que privée. La participation élevée du personnel de l’hôpital aux ateliers témoigne du succès de la démarche.

Dans un troisième temps, la démarche menée par la FFE a été de transmettre cette technique à d’autres entreprises désireuses de proposer des méthodes de gestion du stress à leur personnel. En 2010, la société d’audit et de conseil Deloitte a ainsi proposé à son personnel des séances de sophrologie dispensées par les 7 sophrologues de la FFE.
L’approche de la FFE remplissait donc bien les critères que le jury de Paperjam avait fixés pour évaluer les différents dossiers de candidature : une valeur ajoutée à plusieurs niveaux (pour l’individu, pour l’entreprise, pour la société), une transférabilité auprès de clients internes et externes à l’entreprise, le caractère original et innovant de la démarche, et enfin, des indicateurs mesurant l’efficience de la démarche à court, moyen et long terme.

Sophrologie et Société

Hormis les bénéfices déjà cités sur le bien-être et la motivation, la sophrologie peut présenter des bénéfices économiques pour la société dans son ensemble. Ainsi, selon une étude réalisée en Suisse où la pratique de la sophrologie se fait depuis 20 ans à grande échelle, les personnes ayant suivis des cours régulièrement pendant une année, coûteraient 30 à 40% moins cher en dépenses de santé que la moyenne.


A lire aussi :

Retour